Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

BUSHIDÔ

BUSHIDÔ : Code d’honneur et de comportement social qui exigeait du guerrier, Bushi ou Samouraï – ce dernier étant d’un rang plus élevé –, le sens de la justice et de l’honnêteté, le courage et le mépris de la mort, la sympathie envers tous, la politesse et le respect de l’étiquette, la sincérité et le respect de la parole donnée, la loyauté absolue envers les supérieurs et enfin la défense de l’honneur, du nom et du clan. Selon ce code, les Bushi, et plus particulièrement les Samouraï, devaient observer une étiquette sévère et consacrer leur vie et leur esprit à une ou des activités ‘dépassant l’homme ordinaire’ et transcendant la vie et la mort. Le bushidô est une manière d’être, de se comporter envers ses semblables, et une fidélité absolue à une ligne de vie (autrefois à un maître, à un supérieur), qui faisait appel au respect de soi et des autres, quels qu’ils fussent, faibles ou forts, ainsi qu’à la maîtrise parfaite de son mental, de ses pulsions et de ses passions, afin de maintenir l’esprit en harmonie (Wa) avec l’univers. Il est évident que cet idéal n’était atteint que très rarement.

D’après Louis Frédéric, Dictionnaire des Arts Martiaux (éd. Félin).

24 octobre 2008 5 24 /10 /octobre /2008 15:38

Pour faire suite à la proposition de Mikaeru, voici un premier article sur les forgerons contemporains au Japon.
En cherchant sur Internet, voici ce que j'ai pu trouver sur Kiyota Jirokunietsu (dont Pierre Nadeau est l'apprenti).




Né Hiroki Kiyota, à Amagazaki, entre Osaka et Kobe, au Japon, il suit le parcours commun des jeunes Japonais jusqu’à l’école secondaire supérieure. De là, il décide de joindre une institution dont le programme est enrichi d’apprentissages artistiques et artisanaux.

Les étudiants japonais choisissent la suite des événements environ un an avant la fin de leurs études. Bien que Hiroki considère plusieurs options (professeur d’art, architecte, cuisinier), l’idée d’être un artisan et plus particulièrement un fabriquant de sabre lui passe par la tête. Comme son professeur ne sait trop quoi lui conseiller à ce sujet, Hiroki entreprend de s’informer et visite l’organisme en charge de la préservation des sabres japonais et du musée qui y est rattaché, le Nihon Bijutsu Token Hozon Kyokai, ou NBTHK.




 

 Il est impressionné par la beauté raffinée des sabres et se dit qu’il deviendra peut-être forgeron. C’est lors de sa deuxième visite, alors qu’il a formellement pris rendez-vous avec le curateur du musée, qu’on le met en contact avec celui qui deviendra son maître, Kawachi Kunihira. M.Kawachi l’accepte aussitôt pour l’année suivante, soit juste après la complétion de ses études secondaires. Son apprentissage débute — deshi-iri — en juillet 1994. Il est le deuxième apprenti, sous Takami Tarokuniichi. À ce moment, Hiroki s’engage en s’allouant la liberté d’abandonner aussitôt s’il n’est pas séduit.

Il est pourtant aussitôt convaincu qu’il fera tout son possible pour devenir forgeron. Durant ses six années d’apprentissage, l’idée n’abandonner ne lui traverse pas une seule fois l’esprit. C’est en 1999 que son maître l’invite à aller passer le test co-organisé par le Ministère de la Culture et le NBTHK et qui a lieu dans la préfecture de Shimane, dans le sud du Japon. Le test, pour les forgerons en devenir, consiste en la fabrication d’un sabre de la matière brute jusqu’au polissage de base, en environ une semaine. Après avoir obtenu sa licence de forgeron, nécessaire au Japon pour pouvoir légalement produire des lames, c’est alors qu’il reçoit de son maître son nom de forgeron, Jirokunietsu. Il demeurera encore un an chez son maître, période durant laquelle il produira le sabre illustré par l’oshigata (tracé et relevé d’un sabre) - un tachi de style Bizen, nagasa 2 shaku; 4 sun; 2 bu.

Il s’installe en tant que forgeron d’arme indépendant à Shimizu (désormais Aridagawa), dans la préfecture de Wakayama, en 2000. Chaque année, le NBTHK organise des concours pour les différents métiers reliés au sabre japonais. Hiroki a, à ce jour, soumis six lames à l’événement annuel. Cinq ont été “acceptées” dans le classement général (Nyusen; la plupart dans les dix premières positions) et un a obtenu le troisième prix (Doryokusho).

Ce classement est très important au Japon puisqu’il détermine le prix au marché des sabres d’un forgeron donné. On dit que pour survivre, un artisan doit se positionner dans les 30 premières places (ceci inclue les places des premier et deuxième prix, qui peuvent être attribuées à plusieurs artisans). Au-delà de ces catégories existe un peu moins d’une dizaine de prix mentions spéciales tel que le Prix Honoraire de l’Empereur, celui du Président du NBTHK, etc. Si un artisan se place 7 fois dans ces prix, il est classé comme Mukansa (hors-compétition). M.Kawachi est un de ces rarissimes personnages. Encore plus rare est l’attribution souvent traduite par “Trésor National Vivant“, qui existe pour les corps de métiers traditionnels au Japon, pour autant qu’un artisan qui s’y qualifie existe. Pour chaque domaine, il n’y jamais plus d’un ou deux individus, s’il en est un, incarnant toute l’essence et la maîtrise idéales.

Pour Hiroki, les forgerons de sabre japonais d’aujourd’hui sont sur une pente ascendante en ce qui a trait à la qualité de leur art, bien qu’il les considère encore loin des idéaux du métier. «Notre plus importante responsabilité est de poursuivre la tradition déjà vieille de plus de 1300 ans et de préserver les standards de qualité.» Il tente donc de saisir l’essence des meilleurs sabres jamais produits — durant l’âge d’or, soit les périodes Heian et Kamakura, du IXe au XIVe siècles, afin de recréer leur raffinement et leur vérité propre, «mais sans vraiment refaire les mêmes sabres.»

«Le monde des sabres japonais en est un de collectionneurs et d’appréciateurs, pas de fabricants, dit-il. Lorsque j’apprécie un sabre, je tente plutôt de comprendre dans quel état d’esprit était son créateur, quelle était son intention, au lieu de simplement le juger pour ses propriétés esthétiques.»

Bien conscient que la plupart des gens soient incapables de s'offrir un sabre japonais, il souhaite toutefois que le public vienne à comprendre leur beauté raffinée et ainsi respecte son travail.

source : SOULSMITHING (portail sur le monde du forgeron KIYOTA et son apprenti, Pierre Nadeau)



Chaque année, le NBTHK organise des compétitions dans les différents domaines artistiques liés au sabre japonais.

Kiyota a soumis un sabre pratiquement chaque année depuis qu’il est devenu indépendant en 2000.

Ses sabres de compétition ont toujours reflété son attention portée au groupe de forgerons de Bizen, qui employaient le nom de Sukesada 祐定.

La compétition permet à ceux qui se qualifient d’obtenir un Prix Spécial, tel que le prix du Président du NBTHK, ou d’être classé dans une de ces trios catégories: Yushu-sho (Prix de l’Incroyable Performance), Doryoku-sho (Prix de l’Effort de la Tentative), et Nyu-sen ("choisi"), qui offre un classement des forgerons restants dont les travaux ont été qualifiés.


Un forgeron qui reçoit un de ces Prix Spéciaux dix fois, est élevé au rang de Mukansa. Cela lui interdira de participer à des futures compétitions, et d’agir plutôt en tant que juge.

En 2004, Kiyota est entré dans la catégorie Doryoku-sho pour la première fois, et répète l'exploit une seconde fois. Un certificat est présenté ci-dessous.



 


Pierre Nadeau

Traduction: Shingen, le 24/10/08

Partager cet article

Repost 0
Published by Shingen - dans Forgerons
commenter cet article

commentaires

olivier 13/11/2008 10:41

vraiment tres bien fait ton blog , félicitation, puis t ajouter en lien dans mon modeste blog de débutant

lamentoc 02/11/2008 23:05

Toutes mes excuses, il y a un zéro de trop, lire entre 30 et 35 mille euros et pas 350 mille.

Lamentoc 02/11/2008 20:51

Il y a actuellement environ 300 forgerons licenciés au Japon dont une vingtaine de Mukansa; seuls ces deniers peuvent vivre exclusivement de leur art, les autres sont obligés d'être avant tout des forgerons de couteaux de cuisine. Ceci est dû aux lois entourant la production de sabres (deux lames longues ou trois lames courtes par mois). Un Mukansa tel Ono Yochimitsu  ou Gassan Sadatoshi négocie un katana aux alentours de 30/350000€. On peut trouver une lame correcte à partir de 4000€ (lame nue).J'ajouterai qu'il ne faut en aucun cas comparer un nihontô fait dans le respect des traditions avec les reproductions/contrefaçons qu'on peut trouver un peu partout.

Shingen 28/10/2008 14:01

Bonjour,c'est vrai, on trouve aujourd'hui beaucoup de reproductions de mauvaise qualité sur le marché, ou de simples productions industrielles à but commercial. Il existe cependant des sites internet vendant de véritables sabres forgés par des artisans du Japon. J'essaierai d'en retrouver la trace. Un prochain article sur Takano Yukimitsu (élève de Ono Yoshimitsu) est à venir, dans la même catégorie.A bientôt.

Mikaeru 28/10/2008 03:06

Et bien, je suis flaté que mon idée ait été retenue. Merci beaucoup Shingen.D'un point de vue personnel, je trouve qu'il faut quand même relativement "creuser" le net pour trouver des forgerons authentiques si je puis dire, sous la profusion de katana bon marché et souvent de mauvaise qualitée. Et même pire, forgés de manière industrielle. Alors oui c'est probablement la meilleure façon pour les rendre plus "abordables" question prix, mais, traitez moi de vieux conservateur, je trouve qu'ils sont totalement dénaturés et sans âme.Voilà c'était mon petit point de vue. Merci encore pour l'article et à bientôt.