Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

BUSHIDÔ

BUSHIDÔ : Code d’honneur et de comportement social qui exigeait du guerrier, Bushi ou Samouraï – ce dernier étant d’un rang plus élevé –, le sens de la justice et de l’honnêteté, le courage et le mépris de la mort, la sympathie envers tous, la politesse et le respect de l’étiquette, la sincérité et le respect de la parole donnée, la loyauté absolue envers les supérieurs et enfin la défense de l’honneur, du nom et du clan. Selon ce code, les Bushi, et plus particulièrement les Samouraï, devaient observer une étiquette sévère et consacrer leur vie et leur esprit à une ou des activités ‘dépassant l’homme ordinaire’ et transcendant la vie et la mort. Le bushidô est une manière d’être, de se comporter envers ses semblables, et une fidélité absolue à une ligne de vie (autrefois à un maître, à un supérieur), qui faisait appel au respect de soi et des autres, quels qu’ils fussent, faibles ou forts, ainsi qu’à la maîtrise parfaite de son mental, de ses pulsions et de ses passions, afin de maintenir l’esprit en harmonie (Wa) avec l’univers. Il est évident que cet idéal n’était atteint que très rarement.

D’après Louis Frédéric, Dictionnaire des Arts Martiaux (éd. Félin).

7 mai 2006 7 07 /05 /mai /2006 12:01

Une petite réflexion sur le Traîté de Musashi.

 

En parcourant le net, j'ai pu lire quelques commentaires sur le livre, des commentaires montrant la déception de certains lecteurs sur le contenu de l'oeuvre (contenu plus pratique que philosophique).

Il faut se rappeler qu'à l'époque de Musashi, la victoire était impérative dans la mesure où la défaite entraînait le déshonneur. Pour arriver à la victoire, la Pratique était donc essentielle. Musashi fait ici essentiellement référence à la Voie de la Tactique. On sait que le Traité des Cinq Roues est une oeuvre largement stratégique. Mais n'importe quelle Voie n'est-elle pas aussi bonne à prendre, si elle est exercée justement? Le fait que Musashi fasse référence en permanence à la Tactique ne signifie pas qu'elle soit l'unique Voie. La Voie du Thé (Chadô), la Voie du Zen (Zendô), la Voie de la Calligraphie (Shodô), la Voie des Fleurs (Kadô).. étaient pratiquées par les samouraï.
Bien sûr, Musashi met plus en avant la Pratique de la Tactique. Or n'est-elle pas la Voie même du samouraï ("La Tactique est la Loi du samouraï") ? La persévérance, l'endurance, l'entraînement et le renoncement de soi qu'implique cette Pratique passent par une spiritualité (même militaire).

La Voie de la Tactique est essentielle à la victoire. Il faut remporter la bataille par tous les moyens: l'étude des conditions géographiques et climatiques, la connaissance des différentes écoles de sabres (ce qui implique l'étude de leurs qualités et défauts)... Certaines personnes ne voient aucune spiritualité dans cette approche. Pourtant, il est facile de se perdre dans cette Voie si on ne la pratique pas en respectant certains principes. Penser par exemple qu'elle est l'Unique voie est une erreur. Musashi le précise. S'exercer dans un seul art est une erreur. Car toutes les Voies sont complémentaires.  Si l'on ne s'entraîne que dans un domaine, certes, on excellera dans cette voie mais des lacunes surviendront par ailleurs.

Musashi ne dit-il pas "J'ai appliqué les principes de la Tactique à tous les arts. En conséquence, dans aucun domaine je n'ai de maître" et "L'escrime n'est qu'une forme de la Tactique" ?

Il faut s'exercer en tout. Bien sûr, la Tactique est cruciale; elle l'est d'autant plus qu'elle donne un avantage psychologique et stratégique sur l'ennemi. Si par la Tactique, vous anticipez les intentions de l'ennemi alors l'équilibre mental de ce dernier sera perdu. N'y a t-il pas dans ce point de vue une vraie spiritualité? Connaître les autres, c'est se connaître soi-même. Pour connaître les autres, il faut donc pratiquer la Tactique. Mais on ne peut la pratiquer qu'en l'exercant d'abord pour nous-même? Dans le cas contraire, "une Tactique non mûrie est à l'origine de grandes blessures".

 

Enfin, sur la chapitre "VIDE":

Qu'est-ce que le Vide?

Pour la plupart d'entre nous, c'est ce qui est dénué de sens, ce que l'on ne comprend pas.
Pour Musashi, cette idée du Vide n'est pas la bonne. En vérité, le Vide est de n'avoir plus aucun point obscur sur la Voie à pratiquer (de n'importe laquelle dont il s'agisse). "Voir et regarder, et ainsi n'avoir aucun point d'ombre".
Bien connaître un art, pour finalement s'en détacher et ne plus se raccrocher à des techniques qui entravent l'esprit, voilà ce qu'est le Vide (ou du moins en partie :) )

 

Voici quelques citations tirées du Gorin no Sho


"Tant que l'on ne connait pas la Voie véritable, chacun doit avancer sur le bon chemin et se croit dans le vrai sans s'appuyer sur les lois du Bouddha ni les lois de la terre. Mais lorsque nous les regardons avec les yeux de la Voie véritable de l'esprit et selon les grandes règles du monde humain, on les voit trahir la Voie véritable à cause de leur propre égoïsme et de leur mauvaise vue. Connaissez l'Esprit! Reposez-vous sur le domaine franchemen juste! Faites de l'Esprit réel la Voie! "


"Lorsque je réfléchis à ce que doit être un samouraï, je suis convaincu qu'il doit être intime avec l'idée de la mort, mais la Voie de la Mort n'est pas le seul fait des samouraï".


"Lorsque l'on possède complètement une théorie, alors il faut s'en détacher".

 


 

 

 

Musashi écrivit d'autres textes, difficiles à trouver. Il s'agit du:

 

Hyodokyo, le Miroir de la Voie de la Stratégie

 

Hyoho Sanjugo Kajo, Les Trente-Cinq Instructions sur la Stratégie

 

Hyoho Shijuni Kajo, Les Quarante-Deux Instructions sur la Stratégie

 

Dokkodo, La Voie à Suivre Seul



 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Shingen - dans Bibliographie
commenter cet article

commentaires