Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

BUSHIDÔ

BUSHIDÔ : Code d’honneur et de comportement social qui exigeait du guerrier, Bushi ou Samouraï – ce dernier étant d’un rang plus élevé –, le sens de la justice et de l’honnêteté, le courage et le mépris de la mort, la sympathie envers tous, la politesse et le respect de l’étiquette, la sincérité et le respect de la parole donnée, la loyauté absolue envers les supérieurs et enfin la défense de l’honneur, du nom et du clan. Selon ce code, les Bushi, et plus particulièrement les Samouraï, devaient observer une étiquette sévère et consacrer leur vie et leur esprit à une ou des activités ‘dépassant l’homme ordinaire’ et transcendant la vie et la mort. Le bushidô est une manière d’être, de se comporter envers ses semblables, et une fidélité absolue à une ligne de vie (autrefois à un maître, à un supérieur), qui faisait appel au respect de soi et des autres, quels qu’ils fussent, faibles ou forts, ainsi qu’à la maîtrise parfaite de son mental, de ses pulsions et de ses passions, afin de maintenir l’esprit en harmonie (Wa) avec l’univers. Il est évident que cet idéal n’était atteint que très rarement.

D’après Louis Frédéric, Dictionnaire des Arts Martiaux (éd. Félin).

6 septembre 2006 3 06 /09 /septembre /2006 15:05

Sur la partie visible de la lame :

HI : gorge située entre le ha et le shinogi (un article sera fait plus tard sur les différentes appellations et des exemples de hi).
    Le Hi est appelé aussi ATOBI quand rajouté après la fabrication de la
    lame.

HORIMONO : gravures se référant à la mythologie bouddhiste, représentant des dragons, des dieux etc… (photos à venir). 
    Il est appelé ATOBORI quand ajouté après fabrication.

BONJI : caractères sanscrits.

Sur la soie de la lame :

KANJIS : dans ce cas on trouve :
  - le mei : signature du forgeron et/ou du propriétaire
      - le kakihan : la date de fabrication
      - d’autres indices comme les résultats des tests de coupe

YASURIME : traces de lime sur le nakago, identifiant l’école du forgeron et attestant de l’authenticité de la lame 
    (voir photos au prochain article)

Partager cet article

Repost 0
Published by Shingen - dans Le Sabre Japonais
commenter cet article

commentaires