Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

BUSHIDÔ

BUSHIDÔ : Code d’honneur et de comportement social qui exigeait du guerrier, Bushi ou Samouraï – ce dernier étant d’un rang plus élevé –, le sens de la justice et de l’honnêteté, le courage et le mépris de la mort, la sympathie envers tous, la politesse et le respect de l’étiquette, la sincérité et le respect de la parole donnée, la loyauté absolue envers les supérieurs et enfin la défense de l’honneur, du nom et du clan. Selon ce code, les Bushi, et plus particulièrement les Samouraï, devaient observer une étiquette sévère et consacrer leur vie et leur esprit à une ou des activités ‘dépassant l’homme ordinaire’ et transcendant la vie et la mort. Le bushidô est une manière d’être, de se comporter envers ses semblables, et une fidélité absolue à une ligne de vie (autrefois à un maître, à un supérieur), qui faisait appel au respect de soi et des autres, quels qu’ils fussent, faibles ou forts, ainsi qu’à la maîtrise parfaite de son mental, de ses pulsions et de ses passions, afin de maintenir l’esprit en harmonie (Wa) avec l’univers. Il est évident que cet idéal n’était atteint que très rarement.

D’après Louis Frédéric, Dictionnaire des Arts Martiaux (éd. Félin).

15 septembre 2011 4 15 /09 /septembre /2011 12:15

Les Moines et la Femme

 

Deux moines pélerins arrivèrent un jour en ville. Il y avait là une femme qui attendait qu'on l'aide à quitter sa chaise à porteurs, mais la pluie avait laissé de grandes flaques et elle ne pouvait descendre seule sans tâcher sa robe. Or, ses serviteurs encombrés de paquets ne savaient où poser leurs chargements et n'arrivaient donc à pas aider leur maîtresse qui les admonestait.

Le plus jeune moine avait remarqué la femme, mais passa son chemin sans rien dire.

L'autre moine alla l'aider et la prit sur son dos pour l'aider à traverser les flaques. Il déposa la femme au sol et celle-ci le renvoya sans aucun remerciement.

Après un temps, lorsque les moines eurent repris leur marche, le plus jeune parla, ne pouvant plus se taire.

- Cette femme, tout à l'heure, a été très égoïste et impolie. Tu l'as portée sur ton dos et elle ne t'en a pas remercié!

Le vieux moine répondit à cela:

- J'ai porté cette femme il y a des heures. Pourquoi toi continues-tu à la porter?

 

http://i44.servimg.com/u/f44/11/14/75/51/moine_10.gif

Partager cet article

Repost 0
Published by Shingen - dans Le Zen
commenter cet article

commentaires