Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

BUSHIDÔ

BUSHIDÔ : Code d’honneur et de comportement social qui exigeait du guerrier, Bushi ou Samouraï – ce dernier étant d’un rang plus élevé –, le sens de la justice et de l’honnêteté, le courage et le mépris de la mort, la sympathie envers tous, la politesse et le respect de l’étiquette, la sincérité et le respect de la parole donnée, la loyauté absolue envers les supérieurs et enfin la défense de l’honneur, du nom et du clan. Selon ce code, les Bushi, et plus particulièrement les Samouraï, devaient observer une étiquette sévère et consacrer leur vie et leur esprit à une ou des activités ‘dépassant l’homme ordinaire’ et transcendant la vie et la mort. Le bushidô est une manière d’être, de se comporter envers ses semblables, et une fidélité absolue à une ligne de vie (autrefois à un maître, à un supérieur), qui faisait appel au respect de soi et des autres, quels qu’ils fussent, faibles ou forts, ainsi qu’à la maîtrise parfaite de son mental, de ses pulsions et de ses passions, afin de maintenir l’esprit en harmonie (Wa) avec l’univers. Il est évident que cet idéal n’était atteint que très rarement.

D’après Louis Frédéric, Dictionnaire des Arts Martiaux (éd. Félin).

30 juin 2010 3 30 /06 /juin /2010 10:30

Edité au Japon en 1986, Takemusu Aiki, regroupe dix-neufs conférences de Maître Ueshiba Morihei et n’avait jamais été traduit en aucune langue jusqu’à aujourd’hui, demeurant au Japon même, chose intime. Un manquement certain à la mémoire du fondateur de l’aikidô d’autant que l’importance de l’ouvrage était signalée lors de la préface de l’édition japonaise par son fils Kisshomaru, dôshu à l’époque : « Parmi l’abondance des livres sur l’aikidô, Takemusu Aiki est l’œuvre qu’il faut toujours garder sur soi car il exprime sans détour l’esprit du vénérable Morihei et attire notre attention avec force sur sa signification essentielle. »

 

 



La faute est aujourd’hui réparée : les deux premiers volumes de la traduction française de Takemusu Aiki sont parrus aux Editions du Cénacle. L’édition française comporte cinq volumes. Chaque volume est introduit et annoté de manière à en faciliter la lecture. Le premier volume est introduit par un mot de recommandation de Ueshiba Kisshomaru et préfacé par Goi Masahisa, ami du fondateur de l’aikidô et dirigeant du mouvement spirituel Byakkô. Dans ce premier volume Maître Ueshiba répond à cette question que tous les pratiquants se posent après quelques années de pratique : "qu’est-ce que l’aikidô ?".

Takemusu Aiki ne manquera pas d’intéresser et d’intriguer les aikidôka et les budôka, mais aussi tous ceux que la spiritualité japonaise passionne. Dans cet ouvrage, Maître Ueshiba présente ses expériences martiales et spirituelles qui furent à l’origine de la création de son art, il mentionne ses capacités extraordinaires de clairvoyance, relate la genèse de sa méthode de sabre et de bâton dans un langage syncrétique où se mêlent le shintô, le bouddhisme et le christianisme, où émergent les mythes les plus anciens de la civilisation nipponne, tout en relatant ses combats les plus fameux.

 

 

 

TAKEMUSU AIKI, Editions du Cénacle de France, traduit du japonais par Seiichi KURIHARA, Bruno TRAVERSI et Pierre REGNIER.

Volume 1 : 208 pages, ISBN : 2-916537-00-7, 22,50€

Volume 2 : 160 pages, ISBN : 2-916537-03-1, 19,50€

 

 

(source : www.takemusu-aikido.com)

 

Voir également sur Wikipedia : article

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Shingen - dans Bibliographie
commenter cet article

commentaires