Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

BUSHIDÔ

BUSHIDÔ : Code d’honneur et de comportement social qui exigeait du guerrier, Bushi ou Samouraï – ce dernier étant d’un rang plus élevé –, le sens de la justice et de l’honnêteté, le courage et le mépris de la mort, la sympathie envers tous, la politesse et le respect de l’étiquette, la sincérité et le respect de la parole donnée, la loyauté absolue envers les supérieurs et enfin la défense de l’honneur, du nom et du clan. Selon ce code, les Bushi, et plus particulièrement les Samouraï, devaient observer une étiquette sévère et consacrer leur vie et leur esprit à une ou des activités ‘dépassant l’homme ordinaire’ et transcendant la vie et la mort. Le bushidô est une manière d’être, de se comporter envers ses semblables, et une fidélité absolue à une ligne de vie (autrefois à un maître, à un supérieur), qui faisait appel au respect de soi et des autres, quels qu’ils fussent, faibles ou forts, ainsi qu’à la maîtrise parfaite de son mental, de ses pulsions et de ses passions, afin de maintenir l’esprit en harmonie (Wa) avec l’univers. Il est évident que cet idéal n’était atteint que très rarement.

D’après Louis Frédéric, Dictionnaire des Arts Martiaux (éd. Félin).

12 août 2011 5 12 /08 /août /2011 12:30

Le personnage de Torii Mototada est emblématique. En lisant les lignes qu'il écrivit quelques jours avant la bataille du château de Fushimi, j'ai été frappé par sa force de caractère. Ses écrits inspirent un profond respect et son obstination à défendre le bastion confié par Tokugawa Ieyasu changea le cours de l'histoire.

 http://i44.servimg.com/u/f44/11/14/75/51/emblam10.jpg

~ emblème des Torii ~


Né en 1539 dans la ville d'Okazaki (province de Mikawa) durant la période Sengoku, Torii Mototada est le fils de Torii Tadayoshi qui fut longtemps le vassal de Matsudaira Hirotada, seigneur du château d'Okazaki et père de Tokugawa Ieyasu (né Matsudaira Takechiyo).
Hirotada avait passé la plus grande partie de sa vie à repousser les avancées militaires du clan Oda, ainsi qu'à déjouer les complots politiques des Imagawa. D'ailleurs, la question d'accepter la domination de ces derniers fut longtemps sujet à controverse chez les Matsudaira, si bien que cela provoqua en 1536 l'assassinat du père de Hirotada, Matsudaira Kiyoyasu, par Abe Yashichi (ou encore appelé Abe Masatoyo) vassal même de Kiyoyasu. Hirotada finit par pencher envers les Imagawa, les préférant aux Oda, ce qui eut comme conséquence de pousser de nombreux membres du clan à finalement rejoindre les Oda. En 1548, le clan des Oda attaqua Mikawa, obligeant Hirotada à demander assistance à Imawaga Yoshimoto. Yoshimoto accepta, à la condition que Hirotada envoie son fils, Takechiyo, comme otage à Sumpu, la capitale des Imagawa. L'enfant fut donc envoyé sur la route avec d'autres jeunes hommes, mais fut capturé par Oda Nabuhige sur le chemin de Suruga. Le jeune Tokugawa fut alors confiné dans le château de Kowatari, en Owari, et menacé de mort durant son séjour afin de faire pression sur son père afin qu'il renonce à ses liens avec les Imagawa et se rallie aux Oda. Hirotada ne céda pourtant pas et répondit à son ennemi que la mort de son fils ne ferait que renforcer ses liens avec les Imagawa. Aucun mal ne fut fait alors à Takechiyo et les plans de Nobuhige furent déjoués.
L'année d'après, en 1549, Hirotada et Nobuhige décèdent tous les deux. Les Matsudaira se retrouvent sans maître. Le clan Oda s'en retrouve affaibli. Imagawa envoit alors son oncle Sessai pour prendre Anjo, une ancienne forteresse des Matsudaira où habitait alors Oda Nobuhiro, l'aîné de Nobuhide. Sessai encercla bien Anjo, mais plutôt que d'attaquer il marchanda avec Oda Nobunaga, le deuxième fils de Nobuhide, en lui assurant qu'Anjo et Nobuhiro seraient épargnés si Takechiyo était relâché. Ainsi, le fils de Hi

HkkkkkKKKKKKKKHirotada fut libéré et amené à Sumpu avec un an de retard.

 

http://i44.servimg.com/u/f44/11/14/75/51/torii_10.jpg

C'est lors de sa captivité que le futur shogun eut comme page le jeune Torii Mototada. Lorsque plus tard Takechiyo quitta les Imagawa et unifia la province de Mikawa, Mototada le servit encore, cette fois en tant que général. Torii prit la tête de sa famille en 1572, à la mort de son père Tadayoshi qui avait été conseillé et administrateur des finances au château d'Okazaki. Là, en attendant le retour du jeune Takechiyo, Tadayoshi avait secrètement amassé vivres et fournitures, restant donc loyal tout ce temps aux Matsudaira.
Il est donc normal que Takechiyo et Torii restèrent toujours très proches. Mototada participa à toutes les grandes compagnes de Tokugawa Ieyasu. Il combattit notamment à la bataille de
 Mikata-ga-hara (bataille de la "Plaine de Mikata", où s'opposèrent les forces alliées de Tokugawa Ieyasu et Oda Nobunaga  contre les forces de Takeda Shingen. Là, l'assaut de Takeda brisa les défenses adverses, obligeant Ieyasu à battre en retraite. Tokugawa survécut en raison de la réticence de Shingen à tenir le siège de Hamamatsu, le quartier général de Ieyasu) ou encore à la bataille de Suwahara où il fut blessé à la jambe, ce qui lui valut par la suite des difficultés pour marcher.  De même, il participa à la bataille de Nagashino et à celle contre le clan Hojo, où avec seulement 2000 hommes, il vainquit les 10 000 hommes de l'ennemi, ou encore au siège contre le clan Sanada, au château Ueda en 1585.

Mais son plus grand fait d'armes, qui est aussi le dernier, est celui auquel il participa entre le 17 août et le 8 septembre 1600. Cette année est connue pour la bataille de Sekigahara (nommée ainsi car ayant eut lieu près du petit village de Sekigahara), où Tokugawa Ieyasu remporta la victoire contre Mitsunari Ishida qui servait les Toyotomi, s'ouvrant ainsi la voie du shogunat. 

Il faut savoir que sans le sacrifice de Mototada Torii, Tokugawa Ieyasu n'aurait probablement pas pu rejoindre sa compagne de l'est pour organiser ses forces et finalement aboutir à la bataille de Sekigahara en octobre.


Au mois d'août de l'année 1600, Torii fut informé par des espions qu'une armée de 40 000 combattants écrasaient tout sur leur passage dans leur marche vers le château de Fushimi (aussi appelé Momoyama-jô). Cette place forte avait été construite entre 1592 et 1594 à la demande de Toyotomi Hideyoshi, mais fut détruite par un tremblement de terre. Hideyoshi ordonna sa reconstruction mais mourut avant de le voir terminé. Aussi le château fut prit par Ieyasu qui le confia à Torii Mototada.
Les forces d'Ishida Matsunari encerclèrent ce château à partir du 27 août où se déroula donc la bataille du château de Fushimi (Fushimijoo no tatakai). Ieyasu qui s'y était arrêté le 25 août, devait en partir le lendemain avec ses troupes pour se rendre à l'est et regrouper un plus grand nombre de soldats. Son avancée ne fut rendue possible que par la volonté de Mototada Torii de défendre le château.
Tokugawa estimait les défenses du lieu trop faibles, avec une garnison de seulement 2000 à 3000 soldats. Torii refusa cependant de s'en aller, déclarant que le lieu tomberait dans tous les cas, même si défendu par dix fois plus d'hommes. Ainsi, il couvrit la retraite de son maître en tenant ce dernier bastion et Ieyasu partit, conscient de la mort inévitable de son ami.
Submergées par l'armée adverse, les forces de Torii tinrent le siège pendant dix jours, contre toute attente, défendant obstinément la place forte. Mais leurs efforts furent anéantis quand un traitre, dont la femme et le fils avait été menacés de crucifixion par Ishida, mit le feu au château. A ce moment, les hommes de Mototada lui suggérèrent de se suicider, ce que Torii refusa. Déclarant qu'il était alors temps de payer Tokugawa Ieyasu en retour pour la gentillesse et la générosité que son maître lui avait toujours témoigné, Mototada sortit avec les 200 hommes qui lui restaient et chargea cinq fois contre les forces ennemies. A la fin, il resta seul avec dix hommes près de lui et, percé de nombreuses blessures, tomba au château de Fushimi le 8 septembre 1600.
Epuisé, Mototada Torii s'écroula donc de fatigue près du château et s'assit un instant sur les marches pour se reposer. Un jeune samouraï du nom de Saiga Shigetomo s'approcha de lui avec une lance, dans l'intention de rapporter sa tête. Mais Torii l'interpellant et découvrant lui-même l'identité du survivant, le samouraï attendit là respectueusement que le général se fasse seppuku. Puis le jeune homme lui trancha la tête. Les forces de Torii furent donc anéanties jusqu'au dernier homme, mais les troupes de Matsunari perdirent toutefois 3000 soldats. Les forces restants purent continuer leur route pour affronter quelques temps plus tard à Sekigahara la gigantesque armée que Tokugawa Ieyasu avait réussi à lever (soit 90 000 hommes).


L'acte de loyauté de Mototada Torii a marqué les faits japonais. Sa chute est un exemple de dévouement et l'annonce de sa mort à Tokugawa Ieyasu bouleversa grandement ce dernier.
Les écrits que Torii laissa à son fils, et qu'il composa quelques jours avant la fin sont tout autant empreints d'émotion que de détermination. Ils sont le testament d'un homme qui dédia sa vie entière au service d'un maître et pour qui le désir suprême était de lui sacrifier sa vie sur le champ de bataille.
Dans la déclaration adressée à son fils Tadamasa, Torii décrit comment sa famille a servit les Matsudaira pendant des générations, et comment son frère
Genshichiro fut tué à la bataille de Watari. Torii y demande également à son fils de prendre en charge ses jeunes frères.

Voici quelques passages marquants de sa lettre, d'où ressort en permanence la volonté de sacrifice:


"For myself, I am resolved to make a stand within the castle and to die a quick death.
[…]
I will stand off the forces of the entire country here, and, without even one one-hundredth of the men necessary to do so, will throw up a defense and die a resplendent death. By doing so I will show that to abandon a castle that should be defended, or to value one's life so much as to avoid danger and to show the enemy one's weakness is not within the family traditions of my master Ieyasu.
[…]

It is not the Way of the Warrior to be shamed and avoid death even under circumstances that are not particularly important. It goes without saying that to sacrifice one's life for the sake of his master is an unchanging principle. As this is a matter that I have thought over beforehand, I think that circumstances such that I am meeting now must be envied by people of understanding.
[…]
Because lord Ieyasu is well aware of my loyalty, he has left me here in charge of the important area of Kamigata as Deputy of Fushimi Castle while he advances toward the east, and for a warrior there is nothing that could surpass this good fortune. That I should be able to go ahead of all of the other warriors of this country and lay down my life for the sake of my master’s benevolence is an honor to my family and has been my most fervent desire for many years.
[…]
They
(les jeunes frères de Tadamasa) must be determined to stand with Lord Ieyasu’s clan in both its ascent and decline, in times of peace and in times of war; and either waking or sleeping they must never forget that they serve his clan and his clan alone.
[…]
Be first of all prudent in your conduct and have correct manners, develop harmony between master and retainers, and have compassion on those beneath you." 

 

f01.gif

 

LE CHATEAU DE FUSHIMI EN IMAGES http://www.qwiki.com/q/#!/Fushimi_Castle

LE SIEGE DU CHATEAU EN IMAGES http://www.qwiki.com/q/#!/Siege_of_Fushimi

 

NOTE: après l'incendie qui eut lieu au château de Fushimi, les restes furent démantelés et certaines parties furent conservées puis envoyées dans sept temples situés principalement dans la région de Kyôtô. Les temples de Hosen-in, Shoden-ji, Yogen-in ou encore Genko-an ont donc été rénovés avec des parties de cette forteresse, plus précisément certains parquets. Ces parquets ont été réutilisés pour tenir lieu de plafonds car l'on trouve encore sur le bois les marques et empreintes de sang de samuraï ayant combattu à Fushimi, et il n'était pas question de perdre ni d'abîmer ces témoignages du passé. Ces plafonds sont appelées "chitenjo", signifiant "plafond de sang". Voici quelques photos, où l'on peut respectueusement admirer les empreintes qui ont survécu au temps. Quoi de plus réel pour nous rappeler les événements de ces périodes troublées?

 

Temple Genko-an: http://www.flickr.com/photos/phaedrusredux/340568901/in/set-72157594446178459/  

http://www.flickr.com/photos/christianbergmeister/2075696302/

Temple de Shoden-ji: http://kyoto.asanoxn.com/places/nishikamo/shodenji_pnotos/phsdj220.htm

Templede Hosen-in: http://kazenotabi-kyoto.com/encyclopedia-jinjabukkaku/housenin.html

Empreinte de pied: http://plaza.rakuten.co.jp/bukitbintang/diary/201104070000/

Autre: http://undeuxmaristaff.seesaa.net/upload/detail/image/chitenjo-thumbnail2.jpg.html

 


Sources:
"The Last Statement of Torii Mototada", dans le livre "Ideals of the Samuraï", de William Scott Wilson

"The Samurai: a military history" de Stephen R. Turnbull

"Sekigahara 1600: the final struggle for power" de Anthony J. Bryant

 

Lectures conseillées:

"The maker of modern Japan: the life of Tokugawa Ieyasu", de Arthur Lindsay Sadler

Partager cet article

Repost 0

commentaires